donoma.jpgAttention révélation !

Un premier film fait sans gros budget, et c'est volontaire car l'auteur adhère au concept trop rare de "Guerilla Filmmaking". Ce film est à classer dans la catégorie cinéma français, mais il change des clichés habituels : il n'y a pas de trentenaire en crise, pas de réunion de famille dans une maison bourgeoise de campagne.

L'action se passe dans la banlieue parisienne. Elle est composée de petites histoires qui s’entremêlent, se mêlent et se démêlent. Les différents protagonistes sont les habitants de cette banlieue, ces habitants se livrent à différentes expériences qui abordent les sujets tel que l'amour, le destin, la vie quoi...

Ce film est réussi, car le réalisateur casse les codes, il utilise une manière de filmer qui lui est personnelle, il innove dans le domaine et crée une nouvelle façon de raconter des sujets milles fois abordés au cinéma.

Je vous conseille grandement d'aller voir ce film, si il a la chance de passer à coté de chez vous. En tout cas, je place Djinn Carrenard dans ma liste de réalisateur à surveiller.

Merci à l'ACID d'avoir fait partager la découverte.